vendredi 20 novembre 2015

"Les secrets de la Grande Pyramide", par Zahi Hawass


Zahi Hawass donne son analyse, suite aux premiers résultats de la mission "Scan Pyramids".
Un article qu'il publie dans "Al-Ahram Weekly"


The Ministry of Antiquities announced important discoveries at a recent press conference, held on the eastern side of the Great Pyramid of Khufu on the Giza Plateau. It followed release of the preliminary results of the Scan Pyramids project. The project hopes to discover the secrets of the Pyramid of Khufu, including whether or not there are hidden rooms or tunnels.

The conference was attended by Minister of Antiquities Mamdouh Eldamaty and Hany Helal, the project’s general coordinator. The project is being carried out through cooperation between the Ministry of Antiquities, the Faculty of Engineering at Cairo University and the French Heritage, Innovation and Preservation (HIP) Institute.

The project team announced that it had found an anomaly in the temperature of three blocks at the base of the eastern side of the pyramid, facing the solar boat pit. Speculation was that that these three blocks hid a secret behind them, such as a hidden room or previoulsy unknown tunnel.

Using infrared thermography, the team noticed that the three blocks on the eastern side of the pyramid registered a higher temperature in comparison with the adjacent stones. These measurements, made at different times of day, showed the higher temperature of these blocks by about four to five degrees. The team announced that the results had been provided to archaeologists and Egyptologists for evaluation and were currently under review.

Since I was not invited to the conference to give my opinion on these readings as a specialist on pyramids, and as there was no scholar specialising in pyramids present, I see it as my duty as an archaeologist to give my opinion.

It is not my intention to attack anyone or to disagree just for the sake of doing so, but history one day will write about these discoveries and the different opinions that have emerged must be recorded.

I would have hoped that before the announcement of any discoveries a group of scientists and Egyptologists specialising in pyramids would have been formed to study the results of the measurements. This would have contributed significantly to their validation.

Hany Helal, the project coordinator, said that the pyramids were built by engineers, perhaps suggesting that because of this engineers would understand pyramids better than anyone else. This would be true if we asked an architect or engineer about the architectural components of a pyramid, but when it comes to the secrets of the Pyramids at Giza, these are known only to Egyptologists, and not to engineers.

There is also a need to comment on some of the advanced technologies used in this project; in particular, muon detection and infrared thermography. Muons are atmospheric particles deriving from the collision of cosmic rays and the nuclei of atoms in the upper strata of the atmosphere.

Cosmic-ray detection has been used before on the Pyramid of Khafre. This was when Berkeley University and Ain Shams University carried out a project to study the second Pyramid at Giza in 1965 using cosmic rays.

When the project was approved in June 1966, the team entered a chamber inside the pyramid, known as the “Belzoni Room”, and also worked inside the Pyramid of Khufu. It was announced to the press and the scientific community that they had found rooms and tunnels. However, no Egyptologists considered these results to be valid.

People connected with the Electricity Authority in France have also worked inside the Khufu Pyramid and dug holes in the western wall of the tunnel leading to the second chamber, incorrectly referred to as the “Queen’s Chamber.” They announced the discovery of sand while digging the hole and indicated that the presence of sand proved the existence of unknown rooms inside the pyramid.

Following this announcement, however, they were not permitted to continue working inside the pyramid because they had published a magazine article under the title “We are the ones who dug holes in the Pyramid.”

Later, a Japanese team used other techniques, with newer equipment, inside and outside Khufu’s Pyramid and announced the existence of a huge tunnel on the south side of the Great Pyramid.

At the beginning of the 2000s, French architect Jean-Pierre Houdin published a book on his father’s theory that the Great Pyramid was built using internal ramps rather than external ramps, as many Egyptologists believe. I think that Houdin is now a member of the team working on the Scan Pyramids project.

Abdel-Halim Noureldin, head of antiquities in Egypt at the time, allowed a French person not associated with any institution to make holes on the floor of the first burial chamber inside Khufu’s Pyramid, and also outside the entrance of this room.

Scientists at Giza at the time, of whom I was one, objected to the work of this person and asked him to leave the Giza Plateau. But the following day, Noureldin arrived from Paris and signed a decree to let this person dig a hole in the pyramid.

Egyptologists and scientists agree that the use of new technology is very important and is perhaps necessary to discover the secrets of the pyramids. However, at the same time we must be very careful when we listen to the opinions of the scientists using this technology.

It is very important that the readings that emerge are first studied and reviewed by well-known Egyptologists who study the pyramids and have recognised, peer-reviewed publications on this topic.

I should also add that news has emerged that the permanent committee of the Ministry of Culture has approved the use of these new technologies on the Pyramid of Sneferu at Dahshur, the results of which will be submitted to the committee. Based on the outcome, the project team will be given or refused a permit to work inside the Great Pyramid.

I am quite sure that the permanent committee did not allow this group to work inside the Great Pyramid. This point should be explained, because everyone should know that the permanent committee is the only institution that can give permission to any scientist or team, which must also be connected with a scientific institution, to work on Egypt’s antiquities. The head of the Supreme Council, or even the minister of antiquities himself, cannot give this permission.

Blocks at Giza: I have been to the Giza Plateau to look at the blocks in question and found that there was a large vertical stone and, to the right, another stone that is divided into two parts. Looking at these two parts, it can be seen that the stones are fragile. At the top of the vertical stone is another one, also divided into two pieces.

The surface of the east side of the Pyramid of Khufu was once covered with stone rubble and sand. Jean-Philippe Laure and Abdel-Salam Hussein were among those who cleared the surface of the east side.

After this process was completed, all the stones were shown clearly and it could be noticed that there were fragile stones on the east and south side of the pyramid. Among these fragile stones, were the four pieces that flanked the vertical big stone that were highlighted by the infrared thermography analysis shown at the press conference.

The modern restorer placed this vertical stone to support the four fragile stones and used cement in the restoration. Anyone can see that this stone is not similar to the stones used in the construction of the Great Pyramid. We know that all the stones for the building came from quarries on the Giza Plateau, and the location of the quarry that provided the building material was to the south of the Pyramid and to the east of Khafre’s Pyramid.

It is important to note that the ancient Egyptians always built subsidiary pyramids for queens to the south side of the king’s pyramid in the Old Kingdom. But Khufu’s architect found that all the stones for building the pyramid would need to come from the south, so he moved the queen’s pyramid to the eastern side, leaving the southern side, in the time of Khufu, free. We now date the boats to the reign of his son Djedefre and the tombs to the south to the reign of Khafre.

The restorers at the Giza Plateau used cement in the restoration of the vertical stone and it is easy to distinguish between the modern and ancient mortar. Mamdouh Eldamaty said at the conference that a passage had been cut in the rock located directly in front of the three stones, but this is not a passage or a tunnel. Rather, it is a natural crack in the rock that can be seen by the naked eye.

There is another important point that many people do not know about. The base of the Great Pyramid is cut some eight metres into the rock, and this can be seen clearly on the south side of the pyramid. It would be impossible to see a room or tunnel in this location near to the rock.

If this room exists, it would have to have a function, and since this is not the case the claim cannot be valid. Perhaps the announcement was made to prove the theory of Houdin regarding the existence of internal ramps inside the pyramid.

The modern technology that has been used on the pyramids until today has never given Egyptologists correct results. I would like to ask my friend Hany Helal to show us the results or readings of his machines so they can be discussed before any announcement is made. The recent press conference did not show any actual results.

In my opinion, the Pyramid of Khufu still holds many secrets. I believe that the most important project, which brought significant discoveries, was when a project was started to decrease the levels of humidity inside the pyramid. The project involved Rainer Stadelmann, an expert on pyramids, who suggested that a robot be used to clean the tunnels wrongly known as ventilation tunnels.

When a robot was sent inside the tunnels of the King’s Chamber, it could be seen how the stones interlocked. I said to myself that the ancient Arab writers had been right when they came to Egypt in the 9th century and said, “Man fears time and time fears pyramids.”

The robot was called Web-wawaat, the name of an ancient Egyptian god that means “the Opener of the Road.” The robot entered the northern tunnel, starting from the second chamber, moved forward about 20 metres, and found that the tunnel was not straight but turned. It was then positioned in the south tunnel and moved forward for about 60 metres before stopping in front of a so-called “secret door” bearing two copper handles (20 x 20 cm).

When I was chosen as explorer-in-residence for the magazine National Geographic, I asked for a robot called Pyramid Rover to be designed. Using this robot, we cut a hole in the stone in the south tunnel of about 1 cm x 1 mm.

Twenty-one cm away from the first stone, the camera on the robot showed a second stone without copper handles. Then we sent the robot to the northern tunnel and found that after 20 metres it bent north and then south for eight metres to avoid the Grand Gallery in the Pyramid. The robot continued for 60 metres, just as it had in the south tunnel, and stopped in front of a third door with two copper handles.

A similar project was recently proposed by a British university. The project proposes to use a robot called Djedi to discover what is behind these stones.

Hidden mysteries: Khufu’s Pyramid, and the king himself, still hides lots of mysteries. Recently, an important discovery was made that has not previously been announced. This was the discovery of the oldest papyrus in Egypt, found in a port on the Red Sea.

The papyrus says that “Mrrw”, one of the overseers of a group of workmen, went there.

It says that they cut fine white limestone from Turah, and after going to Sinai for copper they came to the port in the 27th year of Khufu’s reign. They worked under the architect Ankh-Kaf and then went back to the area of Giza called R-she (“Mouth of the Lake”), taking one day to reach the top of the pyramid.

This papyrus reveals many important things. The group of workmen reached the port in the 27th year of Khufu’s reign, providing evidence that could end the assumption that the reign of Khufu lasted 23 years, based on the Turin Papyrus.

We can say with certainty, based on this discovery, that Khufu ruled for 32 years, because we know that the ancient Egyptians counted the reign of a king according to the number of cattle every two years. However, in Sneferu’s reign this count happened every year, meaning we have to be very careful when calculating the reign of the king.

It had also been thought that Hem-Iuno was the architect who built the Great Pyramid, but now we can say that he died during its construction and that Ankh-Kaf completed the work and built the Second Pyramid. I believe that the location of R-she is Abusir.

The height of Khufu’s Pyramid is 146 metres, and consists of two million tons of stone and 300,000 blocks. The weight of each block is between 2.5 tons and 15 tons: they could be used to build a three-metre-high wall around France. If we cut them into small pieces, they could cover two-thirds of the globe. But the pyramid itself was built on only 13 acres.

The new technology could be very useful in revealing the remaining secrets of the pyramids. But before any announcement is made, results produced by this technology should be studied by Egyptologists who know about pyramids.

I would like to say that I hope Eldamaty will succeed in his work, but he will not do so if he depends on himself alone. He needs to take the advice of people around him. All of us should work towards one common goal, which is the preservation of the country’s antiquities.

I will continue to give my scientific opinion on anything concerning Pharaonic Egypt. Antiquities are my life, and I give them my life. It is a duty of all of us to protect them. People will die, but the pyramids will always live.

Zahi Hawass

mercredi 11 novembre 2015

La mission "Scan Pyramids" : quels enjeux ?


"Il n'est pas impossible, écrivait au XIXe siècle Ernest Breton, membre résidant de la Société nationale des antiquaires de France, que la Grande Pyramide renferme d'autres chambres et d'autres galeries qu'on n'a pas encore trouvées.

Cette question, que l’on qualifie de “mystère” ou “énigme”, est ainsi, depuis des lustres, au coeur des hypothèses plus ou moins solidement échafaudées des chercheurs en “pyramidologie” égyptienne. Les moyens d’analyse mis en oeuvre pour étayer ces “conjectures” ont été et demeurent souvent limités à la logique constructive que l’on pense être celle des anciens Égyptiens, compte tenu de données topographiques aujourd’hui encore observables, d’indices repérables à l’oeil nu à l’extérieur et à l’intérieur des édifices et de ce que l’on connaît des techniques et matériaux à la disposition des bâtisseurs de l’époque.



Photo : Marc Chartier
Mais comment savoir - enfin ! - si la pyramide de Kheops et les autres monuments identiques majeurs de l’Ancien Empire renferment des espaces - chambres, couloirs ou rampes -, ne disons pas “secrets”, mais inconnus de nous jusqu’à ce jour ? Comment lire dans leurs “entrailles” autrement que par des déductions aussi logiques que possible, ou par l’imagination, aussi fertile soit-elle ?

Pour répondre à cette question qui taraude inlassablement les esprits, le plus simple, le plus expéditif serait de démonter ou démolir ce qui pourrait l’être pour tenter d’aller voir ce qu’il y a derrière le mur de notre ignorance. D’aucuns y ont pensé. D’autres, à une époque où l’égyptologie n’était pas basée sur une véritable éthique, s’y sont essayés. Sans résultats réellement concluants. 




C’est dans cette dynamique d’une recherche qui n’a pas encore dit son dernier mot, mais avec des techniques non invasives, non destructives, qu’une mission égypto-internationale (“Scan Pyramids”) vient d’être mise en place pour étudier certains aspects encore non identifiés de la structure interne de quatre pyramides à Dahchour et sur le plateau de Giza. Elle présente la particularité de conjuguer trois techniques exploratrices complémentaires : la thermographie infrarouge, la radiographie par muons, la photogrammétrie (scanner et reconstruction 3D).
L’objectif de cette mission est exclusivement “scientifique”, laissant aux chercheurs en “pyramidologie” le soin d’interpréter par la suite des données établies avec l’objectivité et la certitude que permettent les techniques ultra-modernes mises en oeuvre.


Photo : Marc Chartier
Quels sont les enjeux ? Outre une acquisition de données jusqu’ici impossible, ils se résument évidemment dans la validation - ou invalidation - de certaines théories, hypothèses ou reconstitutions du chantier de construction des pyramides faisant appel à des espaces intérieurs non directement identifiables, au seul regard.
Les exemples brièvement mentionnés, entre autres théories, ci-dessous sont relatifs à la pyramide de Kheops, car elle représente le dénominateur commun de l’ensemble des hypothèses concernées.

Il en est ainsi de la théorie de Gilles Dormion (et Jean-Yves Verd'hurt), selon laquelle il existerait une pièce inconnue dans la Grande Pyramide de Kheops, plus précisément sous la chambre de la Reine, théorie apparemment étayée par des mesures géoradar, réalisées en 2000 par la SAFEGE, dont les résultats auraient indiqué la présence d'une structure d'environ un mètre de largeur (2 coudées), orientée dans le sens est-ouest et dont le toit se trouverait environ à 3,50 mètres de profondeur.

Cette théorie a connu une variante avec Jacques Bardot et Francine Darmon qui ont porté leurs investigations sur le couloir horizontal menant à la chambre de la Reine, en mettant en évidence un maquillage sophistiqué des pierres des parois, à partir de faux joints creusés à la scie à pierre, rebouchés avec un mortier de plâtre et de gypse, destinés à masquer la véritable distribution des pierres et à dissimuler probablement l’accès à une chambre funéraire, pour l’instant inconnue, qui pourrait être la véritable Chambre du Roi.

La théorie de Dormion-Verd’hurt a été reprise par l'égyptologue Jean-Pierre Corteggiani, directeur des relations scientifiques et techniques de l'Institut français d'archéologie orientale (IFAO) jusqu'en 2007. Selon lui, il suffit de regarder une coupe de la pyramide de Kheops pour constater que ni la chambre souterraine, restée inachevée, ni la Chambre du Roi (ayant subi un grave problème tectonique lors de l'aménagement des cinq chambres "de décharge") ne pouvaient accueillir la dépouille momifiée du pharaon. La chambre funéraire devait (doit) être ailleurs. D'où sa conclusion :" La seule possibilité, s'il y en une, ne peut se trouver qu'au voisinage de la 'Chambre de la Reine' et en liaison avec elle.

Tout en reconnaissant son “incompétence” en matière d'architecture funéraire de l'Ancien Empire, l’égyptologue Jean Yoyotte écrivait que “certaines constatations sur les espaces, les aménagements intérieurs des pyramides, faites par Gilles Dormion correspondent à des réalités”. Puis il ajoutait : “Ce qui est audacieux et discutable, ce sont les conclusions qu'il en tire, et surtout le fait qu'il annonce qu'il va retrouver les 'trésors' de Khéops. Cette manière de prendre l'Audimat à témoin avant toute discussion approfondie entre spécialistes qualifiés est une fâcheuse caractéristique de notre époque." Il concluait enfin : "Il se peut qu'on découvre [dans la Grande Pyramide] un magasin, une chambre annexe [à la Chambre du Roi] qui contenait des meubles (...). Des chambres aveugles existaient. Peut-être y a-t-il encore des chambres qui, en effet, n'ont pas été découvertes."

Autre théorie appliquée à la seule Grande Pyramide et faisant référence à une structure interne : celle de l’Italien Elio Diomedi. Il ne retient l'idée, pour hisser les blocs de pierre, ni de la rampe verticale, ni des machines inspirées d'Hérodote. Selon lui, une rampe parallèle au flanc de la pyramide a été utilisée pour le transport des blocs jusqu'à une hauteur de 15 mètres. Ensuite, la rampe s'enfonçait à l'intérieur de la pyramide en forme de spirale ascendante, comme un gigantesque escalier en colimaçon le long du périmètre intérieur de l'édifice. Ces galeries internes furent progressivement rebouchées au terme du chantier.

L’ingénieur italien Marco Virginio Fiorini développe, quant à lui, l’hypothèse d’une "pyramide interne" qui explique le "tracé volumétrique" indispensable à la construction d’une pyramide finale (“externe”) aux lignes parfaites. Selon lui, le volume global de la pyramide “interne” représente 90 % du volume de la pyramide finale. Ses façades sont parallèles à la “peau” de cette pyramide “externe”, avec un intervalle de 3 m. Une rampe en spirale, d’une largeur de 3 m, est construite au fur et à mesure que s’élève la pyramide “interne” et n'entrera en fonction qu'à partir de 60 m, utilisée pour le transport des matériaux et les déplacements des ouvriers, jusqu’à la hauteur finale de la pyramide “interne” (138 m). Parvenue à cette hauteur, et flanquée de sa rampe enveloppante, la pyramide “interne” va alors trouver l’utilité finale pour laquelle elle a été construite, à savoir servir d’appui et de repère pour la construction de la “peau” de la pyramide définitive en pierre de Tourah.

Le recours à des systèmes hydrauliques, avec les volumes intérieurs qu’ils nécessitent, est suggéré par plusieurs chercheurs. C’est notamment le cas de l'Américain John J. Williams.
Selon lui, des rampes ont été nécessaires pour la construction de la pyramide de Khéops jusqu'au niveau du plancher de la Chambre de la Reine. Puis, pour la suite du chantier, jusqu'au sommet de l'édifice, il fait intervenir un ascenseur (ou élévateur) hydraulique "enseveli" dans le corps de la pyramide et situé sur une verticale entre la Chambre de la Reine et celle du Roi.
Le parcours du plateau mobile de l'ascenseur va de la Chambre de la Reine, où il est chargé des blocs de pierre, des outils et des ouvriers ou même des animaux du chantier, jusqu'à l'assise supérieure en cours de construction où descendent les ouvriers et où sont déchargés les blocs qui sont ensuite transférés horizontalement, sur des traîneaux, jusqu'à leur emplacement définitif.

Autre système hydraulique : celui préconisé par le Britannique Chris Massey, qui rappelle par maints aspects celui développé par Manuel Minguez. Le principe, a priori, est simple : pourquoi dépenser de la force humaine alors que les bâtisseurs égyptiens disposaient d’un atout dynamique à leur portée immédiate, à savoir le Nil ? En arrimant au-dessus des blocs de pierre un assemblage adéquat de matériaux légers et flottants, ces blocs bénéficieront eux aussi du phénomène de flottaison. Il suffira de les tirer ou de les pousser pour les déplacer, sans efforts conséquents. Pour les hisser le long d’une pyramide en construction, l’auteur a toujours recours au principe d’Archimède en imaginant une succession d’écluses, d’ascenseurs à eau et de retenues d’eau entre deux paliers de la construction. À l’évidence, dans ce schéma constructif, le système complexe mis en place ne pouvait que laisser des traces dans la structure de l’édifice : renforcements, aménagement d’espaces étanches, qualité des blocs utilisés...

Récemment, Michel Michel a rendu publique sa théorie portant à la fois sur la structure interne de la Grande Pyramide (“systématiquement constituée d’une pyramide à degrés, une structure interne résultant d’un empilement hétérogène de blocs extraits des carrières locales, sans aucun soin particulier”) et sur le dispositif mis en place, selon lui, par les bâtisseurs égyptiens pour la construction de rampes externes dont les matériaux furent ensuite intégrés dans le revêtement de l’édifice : “Puisque le dessus de chaque degré devra recevoir de la maçonnerie, écrit-il, c’est en maçonnerie que je préconise de fabriquer les rampes de la pyramide. On pourrait ensuite déplacer une partie des blocs de la rampe pour la transformer en maçonnerie complémentaire, (...) le volume de la rampe (étant) identique au volume de la maçonnerie complémentaire.

Comment ne pas mentionner également Zahi Hawass, ex-ministre des Antiquités égyptiennes ? Celui-ci, en maintes occasions, a répété sa conviction de l’existence d’une chambre funéraire dans la Grande Pyramide, différente de la “Chambre du Roi”. Pour étayer sa théorie, il a mis en place, à grand renfort de suspense médiatique, des opérations d’investigation au coeur de la pyramide, via les conduits dits “d’aération” de la Chambre de la Reine, à l’aide robots fureteurs.



À son instigation, dans les années 90, le “Projet Upuaut”, 2 robots successifs équipés d’une caméra (Rudolf Ganterbrink, Rainer Stadelmann et le Deutsches Archäologisches Institut), puis, en 2002, “Pyramid Rover” (National Geographic Society), et enfin, en 2010, le “Projet Djedi”, un robot de la 3e génération, (université de Leeds, la firme de robotique Scoutek et le leader mondial en univers virtuels 3D Dassault Systèmes).
Hormis un petit vide de 14cm de profondeur en bout des conduits, une barre de sondage métallique, des "poignées en cuivre" et quelques traces (sans doute des marques de maçon), la moisson n’a pas été à la hauteur des espérances.




Nous citerons enfin la démarche de l’architecte Jean-Pierre Houdin, dont il n’est plus besoin de présenter la théorie basée sur la mise en oeuvre de deux processus pour la construction de la Grande Pyramide : une rampe extérieure pour environ la moitié de la hauteur, soit jusqu'à 85% du volume, et une rampe intérieure, partant elle aussi de la base, pour la partie supérieure, le parement de façade étant mis en place définitivement au fur et à mesure de la construction. Intérêt complémentaire de cette théorie : elle recycle les composants d'un des deux processus, à savoir les blocs utilisés pour la rampe extérieure qui sont réutilisés pour la partie supérieure.
Il est indispensable d’ajouter que, selon Jean-Pierre Houdin, cette “logique” (l’auteur apprécie particulièrement ce mot) constructive s’applique aux quatre grandes pyramides lisses de la IVe Dynastie, avec néanmoins la nuance suivante : la rampe intérieure peut avoir un parcours différent dans chacune des pyramides, en fonction de la pente des faces, de la disposition intérieure des chambres et couloirs ou encore de la topographie.
Ainsi, dans ladite “logique” reconstituée, avec des pentes supérieures à 51°, Kheops et Khephren, auraient toutes les deux une rampe en spirale, mais ne tournant pas forcément dans le même sens.
La Rhomboïdale, dont la partie inférieure est à plus de 54°, aurait une rampe en spirale, qui se transformerait en rampe en zigzag courant le long d'une diagonale dans la partie supérieure à 43°.
La Rouge, enfin, avec sa pente à 43°, devrait avoir deux rampes en zig-zag en "miroir" inversé (comme des escaliers mécaniques de grands magasins) courant le long d'une diagonale dont les entrées se trouveraient à la base de deux arêtes opposées, la Sud/Est et la Nord/Ouest, la position de ces entrées étant liée à la topographie.

Tels sont donc les enjeux d’une mission scientifique menée hors de tout a priori et de toute cabale. Une fois connus et mis en forme, les résultats, quels qu’ils soient, seront diffusés, révélés au grand jour. Peut-on penser qu’alors les majestueuses pyramides égyptiennes auront “dit” leur dernier mot ? Laissons pour l’heure les scientifiques opérer en toute sérénité et “humilité, comme aime à le répéter Mehdi Tayoubi, président-fondateur de l’Institut français HIP (Heritage, Innovation, Preservation), dans le champ de compétences qui est le leur. Il restera ensuite aux égyptologues et spécialistes de ces monuments d’interpréter le langage de la pierre qui sera mis à leur disposition. Souhaitons dans le même souci d’objectivité.


Cet article en anglais publié par Keith Payne sur Em Hotep

lundi 9 novembre 2015

Anomalies thermiques inédites sur l’ensemble des monuments observés et notamment sur la Pyramide de Kheops

Images HIP.Institute/Faculté des ingénieurs du Caire/Ministère des Antiquités 

Fin de la première phase de la Mission #ScanPyramids.

La Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire et l’Institut HIP (Heritage Innovation Preservation) ont lancé, le 25 octobre 2015, sous l’autorité du Ministère des Antiquités égyptien, le projet « #ScanPyramids » (www.scanpyramids.org) visant à « scanner », durant une année, les grandes pyramides d’Égypte (Kheops, Khephren, La Pyramide Rhomboïdale et la Pyramide Rouge). #ScanPyramids combine plusieurs disciplines non invasives et non destructives pour tenter de révéler la présence de structures internes méconnues à ce jour dans les monuments antiques et de mieux comprendre à la fois leur plan et leur construction. Les technologies utilisées mêlent la thermographie infrarouge, la radiographie par muons et la reconstruction 3D. 


Illustration HIP.Institute/Faculté des ingénieurs du Caire/Ministère des Antiquités

La première phase de #ScanPyramids vient de s’achever le dimanche 8 novembre. Elle a consisté à mettre en œuvre la mission courte infrarouge afin de détecter, à différents moments de la journée et de la nuit, des anomalies thermiques de surface sur les pyramides. L’objectif était de préparer les phases suivantes qui permettront de plus amples investigations. Le même protocole, à la demande du Conseil Permanent des Antiquités, a été appliqué pendant 24 heures dans le tombeau de Toutankhamon.

Les mesures thermiques, effectuées à différentes heures, ont permis d’observer les pyramides lors de leur phase de réchauffement (dès le lever du soleil) et lors de leur phase de refroidissement (en fin de journée). En phase de refroidissement, le transfert thermique se fait de l’intérieur vers l’extérieur ; en phase de réchauffement, c’est l’inverse. Si une pyramide est pleine, c’est-à-dire construite avec des blocs de même matière qui présentent une émissivité quasi identique, on ne doit pas observer de brusques différences de température. Par contre, s’il existe des hétérogénéités dans la structure (de forme, de type de matériaux, cavités...), on distinguera des différences de température car certaines parties se réchaufferont ou se refroidiront plus vite.

Les équipes de la Faculté des Ingénieurs du Caire et de l’Institut HIP ont pu noter quantité d’anomalies thermiques sur tous les monuments observés, que ce soit dans les phases de réchauffement ou de refroidissement. De nombreuses hypothèses sont envisageables à ce stade du projet pour tenter de les expliquer : présence de vides derrière la surface, courants d’air internes, matériaux différents avec des capacités thermiques spécifiques, etc.

Illustration HIP.Institute/Faculté des ingénieurs du Caire/Ministère des Antiquités
Parmi les anomalies thermiques relevées, l’une d’elles est particulièrement impressionnante. Elle se situe sur la face est de la pyramide de Kheops, au niveau du sol. Alors que l’on observe parfois des écarts de température de 0.1 à 0.5 degrés entre deux pierres voisines issues de calcaires de différentes qualités, les équipes de #ScanPyramids ont visualisé en infrarouge dans cette zone une surface de quelques blocs présentant jusqu’à 6 degrés d’écart avec les blocs voisins.

Si la thermographie de courte durée n’apporte pas directement de réponses sur les structures internes, elle permet de révéler rapidement des points d’intérêt.
L’ensemble des anomalies détectées et des données récoltées vont à présent donner lieu à un traitement et une analyse plus poussée, à la formulation d’hypothèses. Des modélisations et des simulations 3D, avec les ingénieurs de Dassault Systèmes, partenaire du HIP.Institute vont, sans doute, être réalisées afin de préparer la suite de la mission #ScanPyramids sur le terrain dans les prochaines semaines.

Site officiel : http://www.hip.institute/ 
Site de la mission #ScanPyramids : http://www.scanpyramids.org
Compte Twitter : @HIP_i_